end header
Anouk Van Gestel ©Denia Zerouali

Les livres &+
d’ Anouk Van Gestel
PORTRAIT!

Anouk Van Gestel -

Derrière nos rubriques Des livres & + , mais aussi voyages et repérages de bonnes adresses, se cache Anouk Van Gestel. Passionnée de littérature, elle affirme que les livres lui ont sauvé la vie. Journaliste, Anouk se considère comme humaniste, féministe, activiste, polémiste,…  Elle collabore, entre autres, à l’émission C’est pas fini sur Vivacité.

 

Portrait en 3 questions d’une journaliste engagée.

 

POURQUOI CES SUJETS ?

Parce que les autres sont déjà pris ? Plus sérieusement : pour partager mes plaisirs de lecture, donner un petit coup de projecteur aux auteurs belges et susciter l’envie de quitter les écrans pour se plonger dans un bon roman qui sent le papier.

 

TON MENTOR DANS TON DOMAINE ?

Il y a plusieurs femmes journalistes qui font honneur à la profession. Courageuses, intelligentes, elles ne pratiquent pas la langue de bois. Je pense à Anne Sinclair, Elise Lucet, Hadja Labib, Annick Hovine et Florence Aubenas. Comme cette dernière, à mon petit niveau, j’aime me plonger dans la réalité quotidienne des plus faibles et dénoncer les injustices sociales. Pour les chroniques littéraires, j’utilise le terme chronique plutôt que critique, parce que je me considère comme une lectrice lambda. Je partage avec les autres les livres qui ont suscité une émotion.

 

TA RUBRIQUE PRÉFÉRÉE SUR BAZAR  ?

 

Je les aime toutes, (j’espère me faire des amis ;-)) et particulièrement So Podcast So podcast Emotions Les podcasts ont le vent en poupe et j’apprécie cette manière de capter l’attention de l’auditeur en faisant appel à son imaginaire, en lui racontant des histoires, en partageant des tranches de vie. J’ai fort envie de m’y mettre : un podcast Livre & +, vous l’écouteriez ?

TON CRÉDO ?

Je ne sais plus quel humoriste a un jour sorti cette phrase : « Les journalistes sont les clochards des palaces », mais c’est de plus en plus devenu une réalité. Notre métier est mis à à mal par les influenceurs, blogueurs et youtubeurs de tous poils, à qui je reconnais peu de légitimité. Actuellement, il est plus facile pour une marque de payer un influenceur pour faire la promo « waouw, trop top, c’est génial » de son produit que de risquer la critique par un journaliste. Alors mon crédo : prendre le temps d’analyser, de découvrir, de regarder derrière la jolie façade dans le but de mieux informer.

 

 

Retrouvez chaque vendredi sur BAZAR :Des livres & + par Anouk Van Gestel